Critiquer un album ou un jeu... Quel exercice bien difficile !
Comment puis-je donner un avis sur un dessin alors que je suis bien incapable de faire une planche de bd cohérente ?
Comment puis-je critiquer un jeu de société alors que je n'ai pas idée de la galère que ça peut être pour l' éditer ?
Qui suis je pour revêtir le costume de juge ?
C'est ces quelques questionnements qui me font arrêter de temps en temps la publication sur ce blog mais...
Il faut savoir que tous les avis postés ici sont partiellement partisans... En effet, j'ai fait la démarche d'acheter le jeu ou le livre... Je ne suis donc pas impartial !
Alors on va dire que ce blog est là pour mettre en lumière certaines œuvres, pour voir mes coups de cœurs et mes déceptions mais attention, il est nécessaire de se faire sa propre opinion !

Spirou 50 : aux sources du Z


ça y est le nouveau spirou est arrivé. Le dernier de l'époque Morvan-Munuera et on sent les auteurs soulagés... Après le déboires qu'ils ont eu avec Dupuis, on a un album qui sort ce mois ci dans l'anonymat le plus total. Aucun supermarché ne possède l'album...

Pour cette histoire, Morvan s'est fait épaulé au scénario par Yann et tout deux fabriquent une histoire" hommage" au cinquantes anciens tomes de la série. L'histoire est toute simple, pour sauver Flanners, spirou va devoir remonter dans le temps par petits bonds succéssifs en utilisant une machine crée par Zorglub. Au cours de son périple, spirou va tout faire pour éviter son double du passé afin d'éviter un paradoxe spacio temporel !

C'est sympa, moderne et ça colle bien aux directions qu'on voulu prendre Morvan et Munuera. Il faut dire que j'apprécie leur 3 précédents tomes, je ne suis pas un maniaco-adorateur de la période Franquin comme certain qui ne jurent que par lui ! J'aime bien l'idée que des auteurs s'approprient du personnage de Dupuis. Tome et Janry ont fait de très bons albums et je trouve que l'homme qui ne devait pas mourir est une référence. Mais et il y a un grand mais : la fin de l'album 50 fait polimique. L'idée de base est sympa car je suis loin d'être réfractaire à la sf mais la conclusion de ce tome va plutôt énerver les adorateurs de spirou transformant cet album hommage en album de la honte qui va sans doute être oublié par les fans comme la machine qui rève. Je referme cet album tout chamboulé regrettant amèrement qu'il n'ai pas intégrer la collection one-shot spirou. Alors, oui , je vais pleurer le départ de Muruena sur spirou, oui je vais pleurer le modernisme qu'ils avaient insufflé à la série mais non pourquoi messieurs avoir fait cette fin là !

2 commentaires:

Pierre a dit…

Je n'ai pas encore lu l'album dans sa globalité, mais lors de la parution dans l'hebdo, j'ai trouvé l'ensemble plutôt plaisant, avec une idée intéressante et un graphisme toujours aussi exceptionnel (et Munuera va vraiment me manquer, il est devenu l'un de mes dessinateurs de Spirou préféré). Et puis, il y a eu la dernière semaine et ce machin qui ne ressemblait à rien. Là encore, l'idée est intéressante, audacieuse, mais le traitement ne me convainc pas plus que ça, y compris cette conclusion qui rend la suite un petit peu difficile. Et puis, il y a un léger problème avec les âges: en 46, quand Spirou se bat contre Poildur, Fantasio a son âge et Champignac est un jeune scientifique. Aujourd'hui, Fantasio et Spirou sont encore très jeunes, alors que Champignac est nettement plus vieux.

Sarah a dit…

Je n'ai pas grand chose de plus à dire que ce qu'à déja dit Pierre, j'ai également lu cet album dans Spirou (hebdo) et je l'ai trouvé franchement bon.